RECHERCHES SCIENTIFIQUES

L’insuffisance rénale aigue compliquant la chirurgie de l’aorte abdominale (A propos de 292 cas)

Référence1715
Année2012
TypeThèse
Lien document
AuteurLamari Z
DisciplineCentre Hospitalier Universitaire Ibn Sina - Rabat
EncadrantAzzouzi A

La chirurgie de l’aorte abdominale est grevée d’une morbid-mortalité encore élevée. L ‘insuffisance rénale aigue postopératoire est moins fréquente comparée aux autres complications essentiellement cardivasculaires et respiratoires.mais peut revetir un caractére de gravité. Le but de notre étude est de déterminer l’incidence et les facteurs de risque de l’insuffisance rénale aigue postopératoire. C ‘est une étude rétrospective sur 84 mois, portant sur 292 patients opérés pour anévrisme de l’aorte abdominale ou pour lésion occlusive aortoiliaque. 30 paramétres ont été analysés puis comparés entre le groupe des patients qui ont developé une insuffisance rénale aigue postopératoire(A) et le groupe de controle(B). L’âge moyen était de 60+/-11 ans. 12,8% des patients étaient diabétiques, 7,8% avaient une atteinte rénale postopératoire, 34,5% étaient hypertendus, 70,9% étaient tabagique et 30% des malades ont été opérés pour anevrysme de l’aorte abdominale. Le saignement postopératoire était de 500ml+/- 750 avec des extrèmes allant de 150 à 4000 ml. 30,6% des patients ont beneficié d’une transfusion sanguine 38,3% d’eux ont developpé une IRA postopératoire ,7,7% une ischémie myocardiaque ,11,5% un syndrome d’ishémie reperfusion et 11,1% une complication respiratoire. La mortalité globale était de 20%. En analyse univariée, l’âge avancé, la préexistence d’une hypertension artérielle (HTA), la présence d’antécédent d’accident vasculaire cérébral ischémique(AVCI), la chirurgie pour AAA, le saignement et la transfusion péripératoires semblent augmenter le risque de survenue d’une insuffisance rénale aigue postopératoire. -De même, l’association de l’insuffisance rénale aigue à d’autres complications tels que les complications respiratoires AVCI, l’infarctus du myocarde, le choc hémorragique, les reprises chirurgicales (thrombose, choc hémorragique, infection de prothèse) et le syndrome d’ischémie repérfusion étaient statistiquement significatives. En analyse multivariée, seule l’HTA et le syndrome d’ischémie reperfusion constituent des facteurs de risque de l’insuffisance rénale postopératoire.