RECHERCHES SCIENTIFIQUES

L’infirmité motrice cérébrale et toxine botulique A

Référence2641
Année2008
TypeThèse
AuteurHammoutiche FZ
DisciplineNeurologie
EncadrantMessouak O

L’infirmité motrice cérébrale constitue un trouble moteur non progressif,
secondaire à des lésions cérébrales précoces et définitives. La spasticité et les désordres
neuro-orthopédiques qu’elle induit, notamment au niveau des membres inférieurs sont
source d’incapacité majeure.
Le diagnostic est essentiellement clinique, se basant sur un interrogatoire et une
écoute attentive des parents qui détectent dans les premiers mois de la vie les
indicateurs d’une déficience motrice chez leur enfant .l’examen physique a son intérêt
diagnostic, mais beaucoup plus un rôle dans l’évaluation initiale de l’handicap moteur et
de son évolution au cour du temps.
Les modalités habituelles du traitement sont complexes et associent des
techniques physiques (kinésithérapie, appareillage, contention plâtrée) ; des techniques
chirurgicales et l’utilisation des médicaments par voie locale et générale.
La toxine botulique utilisée localement, permet d’atténuer les effets délétères de
l’hypertonie sur les muscles en croissance.
Notre travail a consisté en la réalisation de deux études : rétrospective et
prospective.
L’étude rétrospective porte sur les dossiers de 28 enfants IMC, qui ont consultés
et pris en charge au service de neurologie et de réadaptation physique,à l’hôpital Ibn AL
Baytar ,CHU Hassn II Fès,durant la période qui d’étend de Mai 2005 Avril2008.
L’age de ces enfants variait entre 3 et 16 ans ; et dont 22 ont été injectés par la
toxine botulique A. la rééducation motrice a été pratiquée dans tous les cas.
On a observé une prédominance du sexe masculin, et de la forme clinique diplégie
spastique. la SNN a été incriminée parmis les étiologie dans 92% des cas.
La réponse au traitement était favorable dans tous les cas, et aucun effet
secondaire n’a été rapporté.
L’étude prospective, intéresse quatre cas, qui ont reçu des injections de la toxine
botulique A de la période qui s’étend d’Avril 2007à Mars 2008, associée à une
rééducation motrice régulière et dont l’age variait entre 3 et 7 ans.
Les résultats obtenus dans cette dernière étude, illustrent parfaitement ceux
retrouvés dans la précédente,notamment l’efficacité thérapeutique mieux jugée sur des
échelles courantes (Ashworth modifiée ,ADV,…).
Ainsi l’efficacité de la toxine botulique A dans la prise en charge de la spasticité
chez l’enfant infirme moteur cérébral est démontrée.
Pourtant, ce produit antispastique su?r , de réalisation simple, demeure de
procuration difficile au Maroc, et encore avec un prix non abordable…