RECHERCHES SCIENTIFIQUES

TRAUMATISMES CRANIENS GRAVES CHEZ L’ENFANT EN REANIMATION (Aproposde218cas)

Référence1017
Année2014
TypeThèse
Lien document
AuteurEl bakouri N
DisciplineRéanimation mére et enfant
EncadrantHarandou M

Les traumatismes crâniens chez l’enfant constituent un grand problème de santé publique vu leur fréquence et le coût qu’ils engendrent. L’enfant présente certaines particularités anatomiques et physiologiques lui rendant plus exposé et plus vulnérable aux TC, mais certaines autres particularités lui offrent une capacité considérable de récupération. Notre étude est une étude rétrospective, menée au service de réanimation pédiatrique du CHU Hassan II de FES, intéressant 218 cas colligés durant les 4 ans de 2009 à 2012 et incluant des enfants d’âgés de 0 à 15 ans, avec une moyenne d’âge de 7,6 ans. La prédominance masculine est nette avec un sexe-ratio de 2,03 garçons/fille et les étiologies sont dominées par les accidents de la voie publique (54,1 %) suivies par les chutes (42 %). La PCI (77,9 %) et les vomissements (60,3 %) sont les signes fonctionnels rapportés dans la plupart des cas. L’évaluation de la gravité basée sur le score de GCS note une grande prédominance des TC modérés 46 %, et les TCG 24 %. La place de la TDM cérébrale dans la PEC est indiscutable pour le diagnostic des lésions, cependant ses indications doivent êtres bien étudiées. Les associations lésionnelles ne sont pas rares, elles représentent une autre source de morbidité, et influencent considérablement le pronostic vital il represent 40% de notre série. Le traitement est surtout médical ( intubation-ventilation, transfusion, les drogues ….) et la surveillance est capitale. Le traitement chirurgical est généralement urgent ; il a intéressé 23,7 % des patients de notre série. Les agressions cérébrales secondaires d’origine systémique ont été observées chez 93 enfants (42,6%). Le décès est déploré dans (19,2%) des cas Chez les survivants, une bonne récupération sans séquelles a été notée chez 162 enfants (74,3 %). Un ramassage, un transport médicalisé, et une prise en charge précoce et adéquat améliorent nettement le pronostic. Le rôle de la prévention est primordial dans la réduction de la fréquence des TC, c’est la tâche des parents et des autorités également, afin que les enfants aient l’éducation, la surveillance, et la protection nécessaires.