RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Profil épidémiologique du cancer gastrique ( à propos de 113 cas)

Référence2605
Année2008
TypeThèse
Lien document
AuteurBenhammane HA
DisciplineGastroentérologie
EncadrantEl abkari M

Dans cette étude, nous avons analysé 113 observations d’adénocarcinomes
gastriques colligés au service de gastro-entérologie au CHU Hassan II de Fès entre janvier 2001 et décembre 2006.
– une nette prédominance masculine a été mise en évidence avec un sex ratio
de 1,8.
– L’âge moyen à tout sexe confondu est de 57,65 ans avec des âges extrêmes
de 26 et 86 ans.
– La symptomatologie clinique est dominée par les épigastralgies (76,10%),
l’altération de l’état général (88,50 %), les vomissements (68,14%) et les
hémorragies digestives (23%).
– L’examen physique était positif chez tous les malades et a montré : une
masse épigastrique dans 18,58%, une ascite dans 15,92%, un ganglion de
Troisier dans 3,54% et une hépatomégalie dans 2,65%.
– La FOGD a été réalisée chez les 113 patients et a montré une prédominance
de la localisation antro-pylorique (44,24%) et de l’aspect ulcéro-bourgeonnant
(67,25%). Sur le plan histologique, l’adénocarcinome moyennement
différencié est le plus fréquent (35,40%). Aucun cas de cancer superficiel n’a
été noté.
Le devenir des 113 malades après le diagnostic se répartit comme suit :
– 46 malades (40,7%) ont été adressés à la chirurgie : un geste curatif a été
proposé chez 28 malades (24,77%), un geste palliatif chez 12 malades
(10,61%) et six malades (5,3%) ont subit une laparotomie exploratrice sans
geste sur la tumeur.
– 47 malades étaient inopérables (41,59%).
– 9 ont malades ont refusé l’acte chirurgical. (7,96%).
– 11 malades ont été envoyés à Rabat (9,73%), trois malades ont bénéficié
d’une chimiothérapie palliative.
Nous ne possédons pas des renseignements sur le suivi lointain que de 22 malades
(19,46%) :
– deux malades sont encore vivants.
– 20 malades sont décédés.
Le reste des malades de notre série ont été perdus de vue (80,53%)