RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Prévalence de l’incontinence anale repérable à la manométrie anorectale et ses principales étiologies au service d’exploration fonctionnelle d’hépatogastroentérologie du CHU Hassan-II de Fès (une série de 181 cas)

Référence3311
Année2016
TypeArticle
Lien externehttps://goo.gl/kcG9ti
Disciplines associéesFaculté de Médecine et de Pharmacie de Fès, Gastroentérologie, Autres
Auteurtraoré O
Auteurs associésDiarra A, Abid H, El yousfi M, Aqodad N, Benajah D, Ibrahimi A, El abkari M, Mellouki I
DisciplineLaboratoire
RevueJ. Afr. Hépatol. Gastroentérol.

Introduction

La prévalence exacte des troubles de la continence fécale n’est pas connue faute de recommandations consensuelles sur le mode de recueil de données. La manométrie anorectale, examen de référence est utilisée pour l’évaluation initiale du patient, de la valeur fonctionnelle du sphincter anal, de la sensibilité et de la compliance rectale dont les données serviront de référence pour l’évaluation des traitements. L’objectif de ce travail était d’évaluer la prévalence de l’incontinence anale (IA) repérable à la manométrie anorectale et ses principales étiologies au CHU Hassan-II de Fès au Maroc

Méthodologie

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive portant sur des patients ayant présenté des troubles de la continence anale à la manométrie anorectale. Les patients ont été colligés entre octobre 2009–janvier 2016 à partir du registre de données manométriques

Résultats

Au total 181 patients ont été enregistrés. L’âge moyen était de 53,2 +/- 17,2 ans. Le sexe féminin prédominait avec un ratio de 1,9. La symptomatologie clinique était dominée par l’IA aux gaz et aux selles avec 55,1 % ; le prolapsus 22,4 % ; les proctalgies dans 6,1 %. à la manomé- trie les anomalies suivantes associées à l’hypotonie sphinctérienne ont été retrouvées : un prolapsus rectal à l’effort dans 10,2 % ; un prolapsus rectal et génital à l’effort dans 4,1 % et un prolapsus rectal spontané dans 4,1 % ; l’anisme dans 20,4 % ; la dyschésie dans 10,2 % ; les troubles de la statique pelvienne dans 4,1 %