RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Mise au point thérapeutique sur la dysfonction érectile

Référence995
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurBouchkara W
DisciplineUrologie
EncadrantFarih MH

La dysfonction érectile (DE) est une maladie fréquente responsable d’une dégradation de la qualité de vie.
La prévalence de la DE peut être évaluée à 20-45% et son incidence en occident à 25-30 nouveaux cas pour 1000 habitants par an.
Les facteurs impliqués dans la survenue de la DE sont : l’âge, le diabète, les maladies cardiovasculaires, les affections urogénitales, psychiatriques et toute maladie chronique. Le tabac, les facteurs hormonaux et certains médicaments sont également impliqués dans la survenue de cette affection. 2/3 des hommes atteints de DE éprouvent des difficultés à évoquer leur problème avec leurs médecins et moins d’un ¼ consultent.
Le diagnostic est clinique repose sur un interrogatoire minutieux nécessitant une bonne relation médecin-malade.
Il existe plusieurs moyens thérapeutiques selon l’orientation étiologique : hygiéno-diététiques, médicamenteux, hormonaux, psychologiques ou comportementaux et chirurgicaux.
Les médicaments de la dysfonction érectile regroupent différentes classes, mais ce sont les inhibiteurs de la phosphodiesterase de type 5 (IPDE5) qui ont révolutionné la prise en charge de cette pathologie. Les prostaglandines sont utilisées en cas d’échec des IPDE5 et certains compléments alimentaires peuvent être conseillés. Les principaux médicaments de l’insuffisance érectile Inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (IPDE5) : tadalafil (Cialis®), vardénafil (Lévitra®), sildénafil (Viagra®), avanafil (Spedra®). Analogues de la prostaglandine E1 : alprostadil intracaverneux (Caverject®, Edex®), bâton intra-urétral (Muse®). Yohimbine (Yocoral®).
Le traitement chirurgical garde encore quelques indications et fait appel aux techniques de microchirurgie et des implants péniens.
Les modifications des facteurs de risque doivent être entreprises avant 50 ans pour pouvoir prévenir la survenue d’une DE.
Mots clés : dysfonction érectile, érection, corps caverneux, inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5, implants péniens, microchirurgie