RECHERCHES SCIENTIFIQUES

L’otite moyenne chronique cholestéatomateuse

Référence2761
Année2008
TypeThèse
Lien document
AuteurSouaf I
DisciplineOto-rhino-laryngologie
EncadrantEl alami el amine MN

Notre travail est une étude rétrospective, portant sur 57 cas d’otites moyennes
chroniques cholestéatomateuse, colligés au service d’ORL du CHU HASSAN II de Fès
durant la période allant de janvier 2002 à décembre 2007. Il a constitué en une
analyse épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutive.
Notre série est constituée de presque autant d’hommes que de femmes. L’âge
de nos patients varie entre 3 ans et 62 ans, avec une moyenne d’âge de 26 ans. Les
principaux facteurs de risques sont les otites à répétition (68,5% des cas) et les
pathologies naso-sinusiennes (30% des cas). L’otorrhée fétide et l’hypoacousie sont
les symptômes les plus fréquemment rencontrés (100% des cas). Le retard
diagnostiqué est important dans notre série puisque 71,7% consultent au stade de
complications.
L’examen otoscopique est la clé du diagnostic, une perforation totale ou
subtotale est retrouvée dans 65% des cas, une perforation postéro-supérieure est
constatée dans 26,5% des cas, une atticite dans 5% des cas et un pôche de rétraction
dans 3,5% des cas. Une surdité de transmission a été mise évidence dans 81% des cas à l’audiogramme. Le bilan radiologique est basé sur la TDM qui est un examen
obligatoire et d’un grand intérêt aussi bien diagnostique que thérapeutique.
Une TTF a été réalisée dans la majorité des cas (60%), une TTO a été réalisée
dans 35% des cas en raison des complications assez fréquentes et des anomalies
anatomiques. Une ossiculoplastie a été envisagée dans 42% des cas.
L’évolution a été marquée par la survenue de 2 cas de récidive chez 2 patients
opérés par TTF et 8 cas de résiduels.
Le choix entre les deux techniques opératoires, suscite encore des
discussions. Cependant, Ie respect des règles de prévention des récidives
cholestéatomateuse a permis de réduire I’ incidence de ces récurrences dans les
tympanoplasties en techniques fermées qui donnent de meilleurs résultats tant sur
Ie plan anatomique que fonctionnel