RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Les tumeurs borderline de l’ovaire (A propos de 14 cas)

Référence810
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurChaqchaq Z
DisciplineGynécologie Obstétrique 1
EncadrantErrarhay S

Définition : Les tumeurs borderline de l’ovaire représentent 15 à 20% des tumeurs ovariennes et concernent les femmes jeunes pour qui la préservation de la fertilité est un enjeu thérapeutique important. Le diagnostic préopératoire repose sur des critères radiologiques et biologiques qui ne sont pas formels. L’exploration chirurgicale et l’examen anatomopathologique permettent le diagnostic. Le traitement pour les stades précoces doit être le plus conservateur possible pour les patientes jeunes.

Le but de notre étude : Mettre le point sur la difficulté du diagnostique clinique, para clinique, histologique et thérapeutiques que pose ce type de tumeurs Etablir un protocole thérapeutique selon les données de la littérature.

Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective de 14 observations diagnostiquées et traitées au service de Gynécologie et obstétrique I du CHU Hassan II de Fes sur une période de 6 ans allant du Janvier 2009 à Janvier 2015.

Résultat : L’âge moyen de nos patientes était de 33 ans, 62% étaient des nullipares. Les signes d’appels cliniques étaient des douleurs abdomino pelviennes chez toutes nos patientes avec une augmentation du volume abdominal chez 38,5% des patientes. 82% des patientes avaient des tumeurs pelviennes cliniquement palpables, dont deux étaient de taille importante. La grossesse a été la circonstance de découverte chez une patiente. L’échographie pelvienne sus-pubienne était réalisée chez toutes nos patientes. Elle a permis de rattacher la masse pelvienne à son origine annexielle chez 76% de nos patientes, avec une taille moyenne de 83mm. La TDM a été réalisée chez sept de nos patientes ayant une énorme masse difficilement caractérisable à l’échographie. Elle a permis de préciser la taille des masses et ses rapports avec les structures avoisinantes. 6 patientes ont bénéficié d’une examen extemporané au cour du geste opératoire. L’étude histologique conclue en une tumeur séreuse borderline dans 62% des cas, mucineuse dans 22% des cas, mixte dans 7% des cas et endométrioïde dans 7% des cas. 57 % des patientes ont bénéficié d’un traitement conservateur 43% d’un traitement radical. 2 patientes ont bénéficié d’un suivi régulier en oncologie avec une évolution favorable : la première a reçu une chimiothérapie adjuvante vu la présence d’implants péritonéaux invasifs et la deuxième présente une composante micro papillaire estimé à 30%. 6 patientes ont bénéficié d’un suivi régulier au service de gynécologie avec une évolution favorable. Une patiente, ayant bénéficiée d’un traitement conservateur est tombée enceinte spontanément après une stérilité primaire de 7ans. Les 6 autres patientes ont été perdues de vue.

Conclusion :Les tumeurs bordeline de l’ovaire surviennent généralement chez des patientes jeunes. Leur présentation clinique, leur pronostic et leur traitement différentde ceux des adénocarcinomes ovariens. Elles sont souvent diagnostiquées au stade I de la classification de FIGO. Leur pronostic est exellent avec un taux de survie à 5 ans de 95%