RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Les thromboses veineuses cérébrales chez l’enfant

Référence2703
Année2014
TypeArticle
Lien externehttp://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0035378714002148
Disciplines associéesRadiologie Centrale
AuteurZeriouel A
Auteurs associésIben khayat zougari S, Maaroufi M, Kamaoui I, Sqalli houssaini N, Tizniti S, Boubbou M
DisciplineRadio mére et enfant
RevueRevue Neurologique
Référence Revue7,105555556

Introduction.– La thrombose veineuse cérébrale(TVC) est rare en général et particulièrement chez l’enfant. Sa présentation clinique et ses étiologies sont très variables.
Objectifs.– à travers ce travail, nous évaluons le profil clinique, étiologique des TVC de l’enfant et nous insistons essentiellement sur la sémiologie radiologique de cette affection.
Méthodes.– Il s’agit d’une étude rétrospective colligeant tous les cas de TVC sur une durée de 5 ans (janvier 2009–novembre 2013) au service de radiologie au CHU Hassan II Fès. Nous avons recensé 22 cas. Il s’agit de 16 garçons et de 6 filles d’un âge moyen de 6,5 ans.
Résultats.– La symptomatologie clinique est dominée par des signes d’HTIC ; des signes neurologiques focaux sont notés chez 5 malades. Tous nos patients ont bénéficié d’une imagerie cérébrale (une TDM n = 22 et une IRM n = 20). La TVC était d’origine infectieuse n = 14, secondaire à une déshydratation hypernatrémique n = 3 ou à un déficit en antithrombine III n = 1,d’origine traumatique n = 2, et d’étiologie indéterminée n = 2.Le traitement anticoagulant est instauré chez tous nos malades. L’évolution clinique était favorable.
Discussion.– Le spectre clinique et l’évolution chronologique de la TVC sont très variés. Le diagnostic positif précoce est capital pour une prise en charge thérapeutique rapide (améliorer le pronostic ++).
L’IRM avec séquence d’ARM veineuse avec injection de Gadolinium sont privilégiées devant toute suspicion de TVC (quoique l’angioscanner est un examen très performant pour la mise en évidence d’une TVC).
Les variantes anatomiques : pièges diagnostiques++.
Conclusion.– L’imagerie cérébrale notamment l’IRM présente un outil précieux et indispensable chez l’enfant présentant des signes de TVC, car elle permet d’affirmer le diagnostic, de trouver une étiologie et guider la prise en charge