RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Les pneumopathies néonatales

Référence1039
Année2014
TypeThèse
Lien document
AuteurEl oujoubi M
DisciplineNéo-natologie et Réanimation néo-natale
EncadrantBouharrou A

Les pneumopathies néonatales représentent une part importante des pathologies du nouveau-né se manifestant le plus souvent par une détresse respiratoire. Elles sont graves du fait de l’hypoxie, des troubles métaboliques et des séquelles neurologiques définitives qu’elles peuvent engendrer. Nous présentons cette étude rétrospective sur une période d’une année, allant du 1er Janvier au 31 Décembre 2012 portant sur 61 cas de pneumopathies néonatales admis au service de néonatalogie et de réanimation néonatale CHU Hassan II – Fès. A travers cette série, nous dégageons les caractéristiques suivantes: *Le taux d’admission des nouveau-nés a été de 6,52%. Le sex-ratio est de 1,54, l’âge gestationnel se répartit entre 28 et 42 SA avec une moyenne de 36 SA. L’âge chronologique à l’admission varie entre H0 et 40 jours avec une moyenne de six jours.
*Concernant les données de la grossesse actuelle: elle a été suivie dans 39,3% des cas, la corticothérapie anténatale a été administrée dans 19,7% des accouchements prématurés, la rupture prématurée des membranes a été notée dans 49,2% des cas et le taux d’infections maternelles a été de 26,2%.
L’accouchement par voie basse a été prédominant (54,1%). La majorité des nouveaunés (57,4%) ont nécessité une réanimation à la naissance.
*Les anomalies cliniques ont été dominées par: un score de Silverman>4/10 (54,1%), l’épuisement respiratoire (32,8%), un score d’Apgar bas (32,8%) et état de mort apparente (1,6%), une défaillance hémodynamique (27,9%), une saturation artérielle en O2 ≤à 85% (21,3%), une cyanose intense (21,3%) et les anomalies neurologiques (13,1%).
*Le diagnostic étiologique a été basé essentiellement sur la radiographie thoracoabdominale avec 25 cas d’infection pulmonaire, 17 cas de maladies des
membranes hyalines, 10 cas d’inhalation méconiale, 8 cas de retard de résorption du liquide pulmonaire et 1 cas d’inhalation sur atrésie de l’oesophage.
*Le traitement a reposé sur des mesures symptomatiques dans tous les cas et étiologiques se basant sur l’antibiothérapie en cas d’infection ou la prise en charge chirurgicale de l’atrésie de l’œsophage. Vingt-deux cas (36,1%) ont été ventilés artificiellement.
*L’évolution à court terme a été favorable dans (63,9%) des cas, La mortalité a été de 36,1%. A travers ce travail, nous constatons que la réduction du taux de la pneumopathie néonatale et l’amélioration de sa prise en charge passe obligatoirement par la prévention et surtout par une étroite collaboration entre obstétriciens et pédiatres.