RECHERCHES SCIENTIFIQUES

LES GOITRES CHIRURGICAUX (àproposde300 cas)

Référence966
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurRadi J
DisciplineOto-rhino-laryngologie
EncadrantBenmansour N

Ce travail a pour objectif d’évaluer l’expérience du service d’ORL au centre hospitalier universitaire CHU HASSAN II de Fès dans la prise en charge clinique, paraclinique et essentiellement chirurgicale de la pathologie thyroïdienne. Nous proposant une étude rétrospective incluant 300 patients opérés pour pathologie thyroïdienne sur une période de 2 ans de janvier 2013 à décembre 2014. Le bilan initial a comporté un interrogatoire, un examen clinique complet et un bilan paraclinique fait d’une échographie thyroïdienne et d’un bilan hormonal thyroïdien fait principalement de la TSH. L’âge moyen de nos patients était de 46,96 ans, et le sex ratio était de 7,5. La durée d’évolution était plus de 2 ans dans 51% des cas. 66 % des malades ont consulté pour une masse asymptomatique. Nos patients étaient euthyroidiens dans 79,66 % des cas. L’échographie a montré une thyroïde multinodulaire dans 87 % des cas. La radio thoracique et la TDM ont objectivé un goitre plongeant dans 13 % des cas. L’indication chirurgicale était posée devant un goitre simple dans 40%, la suspicion de malignité dans 9 % des cas. La thyroïdectomie totale était pratiquée dans 81% des cas et la loboisthmectomie dans 19% des cas. En postopératoire, l’hématome compressif été noté dans 0.67% des cas, la paralysie récurrentielle dans 2.33 %, L’hypoparathyroïdie dans 13.33%. La mortalité était de 0%. La thyroïdectomie qu’elle soit totale ou partielle a toujours été considéré comme l’intervention reine de la chirurgie cervicale. Actuellement, les risques propres à l’acte chirurgical ont fortement diminué grâce à une codification précise de la technique. Cependant ces risques persistent et cette intervention présentera toujours des risques potentiels qu’ils soient hémorragiques nerveux ou parathyroïdiens. Les pathologies rencontrées étaient bénignes dans 91,33% des cas et malignes dans 8.67% des cas, ces dernières sont représentées principalement par le carcinome papillaire (76.92%).