RECHERCHES SCIENTIFIQUES

LE SCHWANNOME VESTIBULAIRE (à propos de 28 cas)

Référence905
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurSoudni S
DisciplineNeurochirurgie
EncadrantAggouri M

Notre travail a pour but d’étudier le profil épidémiologique, clinique, radiologique et thérapeutique d’une série de 28 cas de neurinomes de l’acoustique, colligés dans le service de Neurochirurgie du CHU de Fès durant une période de 7 ans (2009-2015). Ce qui représente 6,2 % des tumeurs intracérébrales admises au service de Neurochirurgie durant la même période. L’âge de nos patients varie entre 36 à 66 ans avec une moyenne de 51 ans. On note une prédominance féminine (60,7%). on relève de notre étude un retard diagnostic assez important avec une moyenne de 33 mois et des extrêmes de 2 mois à 12 ans. Nos patients se sont présentés dans un tableau d’atteinte cochléovestibulaire, dominé par la surdité (100%) et les vertiges (53,5%). L’atteinte des nerfs crâniens était dominée par l’atteinte du nerf facial (32 %) et des nerfs mixtes (29%). L’HIC était présente dans 46.5% des cas. 12 patients ont bénéficié de l’exploration audio-vestibulaire: L’audiométrie montre une surdité de perception dans les 12 cas. Sur le plan imagerie, la TDM a été réalisée chez tous les patients. L’indication de l’IRM est devenue systématique devant toute tumeur de l’angle pontocérébelleux. Elle a été réalisée chez 28 patients. Il s’agit toujours de tumeurs volumineuses (grade IV) dans 100 % des cas. Tous nos patients ont été opérés par la voie rétrosigmoïdienne (28patients). L’exérèse complète de la lésion était le but principal du traitement chirurgical (96.4%) mais elle a été partielle dans 3.5%. Le nerf facial n’a pas pu être préservé anatomiquement dans 27 cas (96.4%). Parmi les complications observées en postopératoire, on retient une paralysie faciale post opératoire (27 cas) dans 96.4% vu que les tumeurs étaient volumineuses grade IV. Nous avons aussi noté un pourcentage de 3.5% ( 01 cas) de méningites. La mortalité postopératoire globale est de 7.14%, due a un œdème cérébelleux et une TVP. Le volume tumoral et le retard diagnostic expliquent ce taux de mortalité et d’atteinte neurologique. Le recul et le suivi post opératoire, de 3 ans en moyenne avec des extrêmes de 3 mois à 5 ans, montre une amélioration de la symptomatologie clinique notamment de la fonction faciale d’une patiente sur 27 ayant présentée une paralysie faciale postopératoire. On n’a pas noté de récidive. Les neurinomes de l’acoustiques peuvent s’observer dans le cadre des neurofibromatoses, ils posent un problème de prise en charge chirurgicale. Nous avons pu obtenir de bon résultat dans notre série, malgré le diagnostic tardif et la fréquence élevée des tumeurs volumineuses. La radiochirurgie constitue une autre alternative thérapeutique chez des patients sélectionnés. Le pronostic du neurinome de l’acoustique peut être amélioré par un diagnostic précoce, grâce à l’éducation sanitaire et à un effort multidisciplinaire.