RECHERCHES SCIENTIFIQUES

LA DETRESSE RESPIRATOIRE CHEZ LE NOURRISSON (Aproposde217cas)

Référence1087
Année2014
TypeThèse
Lien document
AuteurEl fazazi S
DisciplinePédiatrie
EncadrantHida M

La détresse respiratoire est urgence fréquente et angoissante en pratique quotidienne. Elle impose d’en reconnaître la cause par une analyse méthodique rapide, d’en évaluer la gravité, de débuter sans tarder un traitement et d’en surveiller son efficacité. Le diagnostic est essentiellement clinique. Notre travail se base sur une étude rétrospective portant sur 217 cas de détresses respiratoires du nourrisson colligés au service de pédiatrie du CHU HASSAN II de Fès durant une période de 4 ans s’étalant du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2009. A travers cette série, nous dégageons les caractéristiques suivantes : L’incidence hospitalière est de 5,05%, l’âge moyen dans notre série est de 7 mois avec des extrêmes allant de 1 à 24 mois. Le sexe ratio est de 1,74. Le diagnostic est orienté par l’anamnèse, l’examen clinique et les examens paracliniques. Ainsi, la bronchiolite est la cause la plus fréquente de détresse respiratoire chez le nourrisson (47,92% des cas). Les pneumopathies viennent en deuxième position (27,18% des cas) avec 4,14% des cas pour les cardiopathies congénitales et le même pourcentage pour l’inhalation du corps étranger. La radiographie thoracique a été demandée chez tous les patients revenue pathologique chez 77,88%. Tous les nourrissons ont bénéficié d’un traitement symptomatique et étiologique. L’évolution a été marquée par la survenue d’un deuxième épisode de bronchiolite chez 5 nourrissons et un troisième chez 4.On note le décès de 8 cas soit 3,68% dans un tableau de détresse respiratoire sévère. Ces résultats sont concordants avec la littérature malgré les difficultés de prise en charge. En conclusion, La détresse respiratoire relève de nombreuses causes et reste l’une des plus fréquentes urgences pédiatriques. L’évaluation clinique est fondamentale à la recherche de signes de gravité réclamant rapidement un traitement symptomatique et étiologique.