RECHERCHES SCIENTIFIQUES

HYDATIDOSE VERTÉBRO-MÉDULLAIRE (à propos de 21 cas)

Référence979
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurSqualli houssaini M
DisciplineNeurochirurgie
EncadrantBenzagmout M

L’hydatidose vertébrale est une maladie rare mais elle représente la forme la plus fréquente (44%) et la plus grave des localisations osseuses de l’hydatidose. Notre travail est une étude rétrospective à propos de 21 cas d’hydatidose vertébro-médullaire colligés au service de Neurochirurgie du CHU Hassan II de Fès sur une période de 14 ans allant de Janvier 2002 à Décembre 2015. Dans notre série, l’HVM représentait 6% de toutes les causes de compression médullaire et 47% des hydatidoses du SNC hospitalisées au service à la même période. La moyenne d’âge observée était de 31 ans avec une légère prédominance masculine : sex-ratio 4/3. Une grande partie des patients étaient d’origine rurale (67%) rapportant quasiment tous une notion de contact avec les chiens. Une localisation hydatique associée a été observée chez 03 de nos patients (14,2%). Tous nos patients ont présenté des signes de compression médullaire avec des douleurs comme symptôme le plus fréquent. Le diagnostic a été retenu initialement sur des données épidémiologiques, radiologiques et biologiques et a été confirmé en per et postopératoire sur résultats de l’anatomopathologie. La sérologie hydatique réalisée chez 06 patients a été positive chez 05 d’entre eux. Tous les malades ont bénéficié d’une radiographie standard. La tomodensitométrie a été réalisée chez 03 patients, elle a permis de confirmer l’atteinte osseuse et l’extension épidurale et paravertébrale. L’IRM a été réalisée chez 20 patients et d’emblée chez 18 d’entre eux ; celle-ci a permis d’obtenir un bilan lésionnel précis et de poser le diagnostic positif. La localisation dorsale était la plus fréquente (81%).Tous nos patients ont bénéficié d’une radiographie du thorax et d’une échographie abdominale à la recherche de localisations associées. Tous les patients de la série ont bénéficié d’un traitement chirurgical fait d’une laminectomie décompressive postérieure dans 17 cas (81%). L’ostéosynthèse a été nécessaire chez 04 patients. Ce traitement a été complété par un traitement médical à base d’albendazole chez tous nos patients. L’évolution était marquée par une bonne récupération neurologique dans 91% des cas. Nous avons répertorié 04 reprises chirurgicales dont un patient opéré03 fois.