RECHERCHES SCIENTIFIQUES

GLOMERULONEPHRITES EXTRAMEMBRANEUSES: CONFRONTATION ANATOMO-CLINIQUE (A propos de 50 cas)

Référence902
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurJartit Y
DisciplineLaboratoire
EncadrantHarmouch T

Notre travail est une étude rétrospective concernant 50 cas de glomérulonéphrites extramembraneuses colligés au service de Néphrologie du CHU HASSAN II de Fès sur une période de 4 ans allant de 2010 à 2013. La moyenne d’âge des malades était de 43,2 ans. Il y avait une prédominance masculine avec un sexe ratio de 1,17. Sur le plan clinique le début de la maladie est progressif dans 88 %. Le syndrome néphrotique reste le premier signe révélateur (78%). La totalité des biopsies rénales ont été étudiées en MO et IF, elles ont objectivés les quatre types de la GEM : type I (26%), type II (40%) et type III (22%) et type IV (12%).Les lésions tubulo-interstitielles ont été notées chez 62% des malades avec une sévérité variable. La GEM était primitive dans 80% et secondaire dans 20%. Les étiologies sont dominées par le lupus. Sur le plan thérapeutique tous les patients ont bénéficié d’un traitement symptomatique. 13 patients ont bénéficié d’un traitement immunosuppresseur d’emblée selon le protocole de Ponticelli : le classique a été utilisée chez 8 patients tandis que 5 patients ont bénéficié du protocole modifié. L’évolution des glomérulonéphrites extramembraneuses est très variable, et toutes les possibilités existent allant de la rémission complète (25%) à l’installation de l’IRCT (9%).