RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Glomerulonephrite aigue post-streptococcique chez l’enfant en milieu hospitalier (A propos de 21 cas)

Référence1930
Année2011
TypeThèse
Lien document
AuteurJabbari D
DisciplinePédiatrie
EncadrantHida M

La glomérulonéphrite aiguë post-streptococcique (GNAPS) représente dans les pays émergents un problème de santé publique. Ce travail reprend 21 cas pédiatriques de glomérulonéphrite aiguë (GNA) hospitalisés au CHU de Fès entre 2006 et 2010. Dans notre étude, nous avons voulu apprécier des particularités épidémiologiques, cliniques et paracliniques, et le profil évolutif. Les résultats ont montré un sex ratio de 0,9. L’âge médian de survenue est de 5-7 ans. L’incidence de la GNA est en moyenne de 4,2 cas par an. Aucun cas de GNA n’est apparu dans un contexte familial. La GNA est de survenue saisonnière, dans notre expérience on note une prédominance automno-hivernale dans 42,85% des cas. La GNAPS se manifeste le plus souvent après un intervalle libre, par un syndrome néphritique aigu plus ou moins complet. La porte d’entrée rhinopharyngée est prédominante. A la phase aiguë une IR est présente dans 66,6% des cas. Douze enfants ont un complément C3 abaissé. L’œdème a été observé chez tout nos malades, l’hématurie macroscopique a été notée dans 23,8% des cas, la protéinurie d’ordre néphrotique 38%, l’oligo-anurie 42,85%, l’HTA 42,85%, l’IR 66,6%. L’évolution est favorable à court terme. Toutefois, il existe des formes sévères avec sur le plan lésionnel, la présence d’une prolifération endon- et extra-capillaire associées. Le traitement est uniquement symptomatique. La biopsie rénale n’est pas d’indication systématique. La lésion la plus commune est une prolifération endocapillaire pure, parfois exsudative. Les complications notées sont à type de crises convulsives tonico-cloniques généralisées (4 cas) et d’OAP (1 cas). Un cas de décès suite à un arrêt cardiorespiratoire est observé, compliquant une IC globale. La GNA, tout comme les autres syndromes post-streptococcique, est une maladie d’actualité, et pose un réel problème de santé publique. Des compagnes de lutte s’imposent. La prévention par le dépistage et le traitement correct de toute infection susceptible d’être cause d’une GNA et surtout l’amélioration des conditions de vie et l’éducation sanitaire sont les piliers de la prise en charge.