RECHERCHES SCIENTIFIQUES

FACTEURS DE RISQUE DE RECOURS À LA CHIRURGIE POUR COMPLICATION INTESTINALE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE LA MALADIE DE CROHN (à propos de 218 cas)

Référence974
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurFassi fihri mohamed A
DisciplineChirurgie viscérale A
EncadrantBenjelloun E

INTRODUCTION : Le traitement de la maladie de Crohn est essentiellement médical, mais la chirurgie reste nécessaire dans la majorité des cas. Cette chirurgie est réservée aux formes compliquées ou résistantes au traitement médical. OBJECTIFS : Le but de cette étude est de mettre en évidence les facteurs associés à un recours plus fréquent à la chirurgie pour complication intestinale. MéTHODES : Il s’agit d’une étude rétrospective d’une série de 218 patients atteints de la maladie de Crohn colligés aux services de gastro-entérologie, chirurgie viscérale A et B et réanimation, au CHU Hassan II de Fés sur une période de 5 ans allant de Janvier 2011 à Décembre 2015. Nous allons comparer le groupe des patients opérés pour complications intestinales au groupe des patients qui ne l’ont pas été. Les variables étudiées étaient les suivantes : L’âge, le sexe, le milieu urbain ou rural, la notion de Tabagisme et d’ATCD familiaux de MICI, l’âge lors du diagnostic, le phénotype de la maladie (sténosante, fistulisante ou inflammatoire), la localisation des lésions de la MC, la présence de complications intestinales (fistules, abcès et sténoses), de manifestations ano-périnéales et de manifesations extra-digestives, le Recours aux corticoides, aux dérivés salicylés (5-ASA ou Sulfasalazine) et aux immunosuppresseurs (Azathioprine ou 6-Mercaptopurine). RéSULTATS : En analyse multivariée seule l’atteinte du carrefour iléo-caecal (OR : 1,773 ; IC : 0,741-4,240 ; p=0,038), la forme fistulisante (OR : 5,653 ; IC :2,460-12,991 ; p<0,001) et la forme sténosante (OR : 3,425 ; IC :1,548-7,758 ; p=0,015) constituent des facteurs de risque indépendants de complication intestinale menant à la chirurgie. Les patients ayant une localisation colique avaient moins de risque d'être opérés à un stade précoce (OR : 0,218 ; IC : 0,090-4,240 ; p=0,019). Les manifestations extra-digestives semblaient avoir un rôle protecteur contre les complications intestinales chirurgicales (OR : 0,179, IC 0,073-0,438, p=0,001). CONCLUSION : Les patients ayant une localisation de la maladie au carrefour iléo-caecal et/ou une forme sténosante et/ou une forme fistulisante de la maladie sont des patients à risque d'être opérés précocement pour une complication intestinale.