RECHERCHES SCIENTIFIQUES

EXPERIENCE DE LA PSYCHIATRIE DE LIAISON AU SEIN DE CHU HASSAN II DE FES ETUDE TRANSVERS AE SUR4ANS

Référence1077
Année2014
TypeThèse
Lien document
AuteurAtik S
DisciplinePsychiatrie
EncadrantAalouane R

La psychiatrie de liaison s’occupe des troubles psychiatriques se manifestant chez les patients des autres disciplines médicales, et s’inscrit dans une approche globale du patient selon un modèle biopsychosocial. Elle concerne les patients hospitalisés à temps plein aux services médico-chirurgicaux, mais aussi les patients admis aux hôpitaux de jour des spécialités et aux urgences. Le but de notre étude est d’étudier la prévalence et la nature des troubles psychiatriques rencontrés lors des activités de psychiatrie de liaison et d’identifier les services les plus demandeurs ainsi que les motifs les plus fréquents. Il s’agit d’une étude transversale étalée sur une période de 48 mois allant du janvier 2010 au janvier 2014, portant sur 424 demandes d’avis psychiatriques provenant des différents services médico-chirurgicaux du CHU de Fès. L’avis psychiatrique est réalisé en se basant sur un entretien psychiatrique. Les données sont recueillies à l’aide d’un hétéro-questionnaire comprenant 24 items remplis par un psychiatre. Après un examen psychiatrique initial, un suivi est proposé au patient au sein de service de psychiatrie lorsqu’un trouble psychiatrique catégorisé a été identifié. Durant la période d’étude 24 services du CHU avaient demandé un avis psychiatrique, les services les plus demandeurs d’avis étaient la dermatologie (18,4%), la réanimation (12%) et la néphrologie (10,8 %).Les motifs les plus fréquents de demande d’avis psychiatrique étaient l’évaluation d’une tentative de suicide (17.5%), les symptômes dépressifs (16.5%), et l’agitation psychomotrice (16.3%). Les troubles dépressifs (42%) et les troubles anxieux (9%) étaient les diagnostics les plus fréquemment portés. La prise en charge psychiatrique était basée essentiellement sur un traitement pharmacologique dans 43 % des cas et l’évolution était favorable dans 70% des cas. Cette étude descriptive a permis de constater une prévalence importante de troubles psychiatriques chez les patients hospitalisés dans les différents services médicochirurgicaux de notre CHU de Fès, justifiant la nécessité de créer une unité de psychiatrie de liaison afin de pouvoir mieux répondre aux demandes de soins et de faciliter le suivi des patients.