RECHERCHES SCIENTIFIQUES

ELARGIR L’ACCÈS À LADIALYSE PÉRITONÉALE : QUELLE STRATÉGIE ? Expérience du service de Néphrologie du CHU Hassan II de Fès

Référence1049
Année2015
TypeThèse
Lien document
AuteurEl maroufi S
DisciplineNéphrologie
EncadrantArrayhani M

Introduction: Les insuffisants rénaux en phase terminale représentent une population incompressible et ne cesse d’augmenter. Au Maroc, malgré les efforts du ministère de la santé, l’hémodialyse n’est pas accessible à tous les patients. La tendance actuelle est de développer la dialyse péritonéale. Les objectifs de notre étude sont : décrire les étapes de la mise en place d’un programme de dialyse péritonéale, mettre en évidence l’intérêt de l’établissement d’un trajet de soins des patients dans l’amélioration quantitative et qualitative de la technique et analyser les résultats de cette expérience, afin de mettre en évidence les difficultés rencontrés lors de la mise en oeuvre de ce programme et proposer des solutions.
Patients et méthodes: Cette étude est rétro et prospective réalisée dans l’unité de dialyse péritonéale du service de néphrologie CHU de FES. Ont été inclus dans cette étude tous les patients en IRCT, ayant été mis en dialyse péritonéale, soit en urgence soit de façon planifiée. Sachant que tous les patients ont reçu une information claire et complète sur les trois méthodes de suppléance.
Résultats: En avril 2014, un programme de démarrage de la DP a été instauré incluant : un engagement de l’administration pour la prise en charge complète et gratuite de 50 patients ; la formation d’une équipe de DP composée de trois médecins référents en DP dont deux néphrologues, deux infirmiers qualifiés et disponibles, deux chirurgiens référents fidèles et disponibles pour la pose de l’abord péritonéal dans les brefs délais; des locaux adaptés et équipés dédiés uniquement à la DP et un programme d’éducation thérapeutique complet et accéléré. La mise en route de ce programme a permis de tracer un trajet de soins clair et précis permettant d’accompagner les patients depuis leur recrutement jusqu’au démarrage de la DP, ainsi une croissance de leur nombre passant de 3 à 36 patients durant la période de l’étude. L’âge moyen était de 38,5+/-16 ans et une prédominance masculine (sex-ratio à 1,25). Tous nos patients professionnellement actifs (50 %) ou scolarisés (47,2 %) ont gardé leur activité pendant la durée de l’étude. L’HTA a été largement contrôlée chez la plupart des patients. Après 18 mois de suivi, 5 patients sont transférés en hémodialyse chronique pour des raisons médicales et du choix des patients. Un patient a bénéficié d’une transplantation rénale. Aucun cas de décès n’a été noté.
Conclusion: Les résultats encourageants de cette étude devraient inciter à promouvoir davantage cette technique, d’autant plus qu’il existe une inégalité de répartition des centres d’hémodialyse au Maroc et que la transplantation rénale n’est pas toujours possible dans notre pays. Par conséquent, un programme spécifique d’information de la population et de formation de la communauté médicale doit être instauré afi n de promouvoir cette technique