RECHERCHES SCIENTIFIQUES

CARCINOME EPIDERMOIDE DE LA VESSIE (à propos de 16 cas)

Référence942
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurBenjabbor F
DisciplineUrologie
EncadrantTazi MF

INTRODUCTION : Le carcinome epidermoide de la vessie a été décrit dans la littérature comme étant une entité très agressive avec des stades localement avancés en dépit d’une faible tendance à la dissémination ganglionnaire et les métastases lointaines. La radio chimiothérapie adjudante et néoadjuvante font défaut, la cystectomie reste le traitement de référence de cette tumeur. L’objectif de notre travail est d’étudier les caractéristiques épidémiologiques, les résultats fonctionnels et carcinologiques dans notre contexte. MATERIELS ET METHODES : de 2001 à 2015 ; 16 patients ont été diagnostiqués porteurs de ce type anatomopathologique de tumeur vésicale dans le service d’Urologie du CHU Hassan II Fès nous permettant ainsi d’illustrer les caractéristiques épidémiologiques (âge, antécédents…), les données cliniques, fonctionnels et carcinologiques ainsi que les complications à court et à long terme. RESULTATS : • L’âge moyen de nos patients était de 69.8 ans (43 à 76 ans). • 6 de nos patients ont été suivi pour une lithiase urinaire, deux étaient porteurs d’une sonde à demeure dont un était paraplégique. Seulement 3 patients étaient consommateurs de tabac, et la bilharziose n’a été retouvée que chez un seul des patients à l’examen histologique. • A coté de l’hématurie (principale signe révélateur), d’autres signes fonctionnels ont été retrouvés notamment les signes d’irritation vésicale(75%), les lombalgies(43.75%) et l’AEG. • 14 patients ont bénéficié d’un traitement chirurgical radical. Une radiothérapie exclusive a titre curatif n’a été réalisée chez aucun de nos patients. • Durant un recul moyen de 4 ans, une récidive locorégionale a marqué l’évolution de 5 patients. On a également remarqué un lâchage de l’anastomose urétéro-sigmoIdienne chez un patient ayant bénéficié d’une dérivation urinaire type Coffey. Une seule metastase pulmonaire à un mois en postériori a été observée mais aucune n’a été observée à distance .3 décés ont été enregistés dont 2 ayant eu une récidive locorégionale . • A Noter que 9 patients, correspondant a 56.25% des patients opérés ont été perdus de vue après la chirurgie radicale. DISCUSSION : La pathogénie de cette tumeur quoiqu’elle reste diverse, l’irritation chronique de l’urothélium vésical est mise en avant. la cystectomie radicale, constitue le traitement de choix de cette lésion. Elle doit s’accompagner d’un curage ganglionnaire qui, même si son avantage en terme de survie n’est pas prouvé, permet une meilleure approche tumorale. La radiothérapie utilisée comme méthode thérapeutique exclusive est un échec. Il paraît entre autres que cette tumeur, réputée « chimio-résistante », puisse répondre aux nouvelles drogues.
CONCLUSION : Le carcinome épidermoïde est une tumeur vésicale de pathogénie diverse et ce en fonction du contexte. Il faut donc savoir y penser surtout devant des signes irritatifs chez un sujet âgé de sexe masculin et non tabagique. La chirurgie radicale reste le meilleur moyen thérapeutique malgré la lourdeur du geste. Le progrès laisse à espérer face aux nouveaux protocoles de chimiothérapie.