RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Cancer du rectum chez le sujet jeune de moins de 40 ans (A propos de 28 cas)

Référence1032
Année2015
TypeThèse
Lien document
AuteurAndrianjafy A
DisciplineChirurgie viscérale A
EncadrantMouaqit O

Le cancer rectum est un problème majeur de santé publique qui survient majoritairement chez les sujets plus de 50 ans. Son incidence chez les sujets de moins de 40 ans a augmenté au cours de ces dernières décennies. Les résultats des études qui se sont portées sur les particularités anatomopathologiques et pronostic du CCR dans cette tranche d‘âge demeurent contradictoires. Le but de notre étude est de décrire les caractéristiques épidémiologique, clinico-pathologique et pronostic du cancer du rectum du sujet jeune de moins de 40 ans au sein du CHU Hassan II de Fès entre 2009 et 2013. Matériels et Méthodes : Il s‘agit d‘une étude rétrospective qui a recensé 28 patients de moins de 40 ans pris en charge pour cancer du rectum au sein des services de Chirurgie viscérale A et B du CHU Hassan II de Fès. Notre étude s‘est étalée sur une période de 5 ans : de Janvier 2009 à Décembre 2013

Résultats :Le pourcentage de cancer du rectum du sujet de moins de 40 ans était de 18,5 %. L‘âge moyen de survenu était de 30,75 ans. 42,9 % des patients avaient plus de 30 ans. Il y avait une prédominance féminine avec une sex-ratio de 1,33. 10,7 % des patients avaient une habitude toxique et 1 des patients (3,6 %) avaient une notion de CCR dans la famille. Deux patientes étaient respectivement à 29 et 30 SA lors du diagnostic. Le délai moyen de diagnostic était de 8,35 mois. La rectorragie était le symptôme plus fréquent : 18 cas (64,3%). Les tumeurs étaient circonférentielles dans 64,7 % des cas. La localisation la plus fréquente était le moyen rectum : 11 cas (52,4%), suivi du bas rectum mais : 9 cas (42,8%). La localisation n‘a pas pu être précisée dans 7 cas. La localisation synchrone et des polypes synchrones ont été respectivement trouvés dans 7,1 % et 7,1 % des cas. Les résultats des études génétiques de nos patients sont en cours de publication. Notre taux de résécabilité est de 67,9 %. 78.6 % de nos patients ont reçu un traitement néo-adjuvant : dont 67.9 % RCC et 10.7% de radiothérapie seule. La chirurgie curative a été réalisée chez 67,9 % des patients : 26.3 % d‘AAP, 47.4 % de traitement conservateur et 26,3 % de résections élargies. 17,4% des interventions étaient abordées par coelioscopie, 8,7% par coelio-convertie et 73,9% par laparotomie. Le traitement chirurgical palliatif a été indiqué 10,7% des cas. Le traitement adjuvant a été par la suite prescrit chez 63,2 % des patients et la chimiothérapie palliative chez 17,9%. Les tumeurs de stades III et IV ont totalisés 72,2 % des cas. Les ADK Lieberkuhniens avec composante colloïde muqueux ont représentés 5,3% des cas, les Carcinome à cellule indépendante en bague à chaton 15,8 % et le Carcinome colloïde muqueux a été trouvé dans 10,5 % des cas. Les tumeurs étaient peu ou indifférenciées dans 12,5% des cas. Le CRM étaient inférieures à 1mm dans 28,6% des cas. Le nombre de ganglion prélevé était inférieur à 12 dans 43,74 % des cas. Les engainements péri nerveux étaient positifs dans 10,5% des cas et les emboles vasculaires étaient absents dans tous les cas. La réponse thérapeutique était complète dans 1 cas. L‘évolution a été marquée par 2 décès, une incontinence anale dans 35,7% des résections antérieures, de récidive dont 36,8% de cas avec 10,7% de récidive locorégionale et 26,1% cas de récidive métastatique. Ils sont apparus après un délai moyen de 20 mois

Discussion:Le CCR du sujet jeune représente une proportion assez élevé au Maroc. La rectorragie est le signe le plus fréquent. Ces patients sont le plus souvent diagnostiqués tardivement. Classiquement dans cette tranche d‘âge, la maladie est de mauvais pronostic : diagnostiqué le plus à un stade déjà avancé, les formes histologiques sont agressives, le taux d‘exérèse curative faible et les récidives fréquentes. Conclusion Le diagnostic précoce est parmi les clés de l‘amélioration du pronostic. L‘étude génétique doit-être demandée systématiquement