RECHERCHES SCIENTIFIQUES

ATRESIE DE L’ŒSOPHAGE (Aproposde46cas)

Référence1072
Année2014
TypeThèse
Lien document
AuteurMarzouki Z
DisciplineNéo-natologie et Réanimation néo-natale
EncadrantBouharrou A

L’atrésie de l’œsophage est une interruption congénitale de la continuité de l’œsophage résultante d’une altération de l’embryogénèse entre la 4ème et la 6ème semaine du développement, ce qui explique la fréquence élevée des malformations qui lui sont associées soit un cas sur 3. Cette pathologie constitue une urgence chirurgicale difficilement diagnostiquée à l’échographie prénatale. Son diagnostic est généralement posé à la salle de naissance lors de la vérification de la perméabilité du tube digestif par la sonde gastrique. Par ailleurs, le diagnostic tardif conduit à des complications mortelles d’où l’intérêt du diagnostic et de la prise en charge précoces. Notre étude porte sur 46 cas d’atrésie de l’œsophage colligés au service de réanimation néonatale du CHU HASSAN II de Fès sur une période allant du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2012. Après une étude théorique précisant les caractéristiques générales de la malformation, nous avons effectué une étude descriptive puis analytique appréciant l’âge, la consanguinité, le sexe, le poids à la naissance, l’état pulmonaire préopératoire, le type de l’atrésie de l’œsophage, les malformations associées ainsi que la prise en charge des malades. Enfin, pour mieux cerner les difficultés liées à la prise en charge de cette maladie nous avons réalisé une étude comparative de nos résultats avec d’autres séries publiées. Ainsi, nous avons montré que le taux de mortalité dans notre série était très élevé par rapport aux autres séries malgré l’amélioration enregistrée entre 2010 et 2012. En effet le taux de survie est passé de 88,23% à 57,14%. Ce taux important de mortalité est sans doute dû à différents facteurs de risque : *Les accouchements non médicalisés. *Le diagnostic tardif. *La fréquence des types I et II. *La pneumopathie d’inhalation. *La fréquence et l’importance des malformations associées surtout les malformations cardiaques. *Un taux d’hypotrophie élevé. *Les complications post opératoires notamment les complications respiratoires et les infections nosocomiales. Ces résultats ont permis de conclure que l’atrésie de l’œsophage demeure une entité médicochirurgicale urgente dont la prise en charge reste difficile dans notre contexte. Ainsi, nous avons proposé un protocole comportant les différentes étapes, du diagnostic précoce jusqu’au suivi des malades à long terme, afin d’améliorer le pronostic de cette maladie et la qualité de vie des survivants.