RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Adénocarcinome gastrique et curage ganglionnaire

Référence765
Année2016
TypeThèse
Lien document
AuteurIsmaili M
DisciplineChirurgie viscérale B
EncadrantAit laalim S

Le cancer de l’estomac représente le quatrième cancer dans le monde avec un peu moins d’un million de cas par an (952 000 cas en 2012) mais la deuxième cause de décès par cancer. Plus de 90% des cancers de l’estomac sont des adénocarcinomes. La chirurgie est le seul traitement potentiellement curatif du cancer gastrique. L’envahissement ganglionnaire est un des principaux facteurs pronostiques indépendants de survie du cancer de l’estomac après résection à visée curative. A travers cette étude rétrospective portant sur 112 cas d’adénocarcinome gastrique colligés au service de chirurgie viscérale B, confirmés par fibroscopie oeso-gastro-duodénale et biopsies, sur une période de 6 ans allant de Janvier 2009 à Octobre 2015, nous constatons que : L’adénocarcinome est une affection assez fréquente chez nous avec une moyenne de 16 cas par an, la tranche d’âge la plus affectée est située entre 27 ans à 85 ans avec une prédominance masculine, le symptôme révélateur était dans notre contexte était principalement des épigastralgies dans 85,7%. La chirurgie curative était pratiquée chez 60 cas. Le type de gastrectomie curative le plus réalisé était la gastrectomie partielle 4/5ème alors que le curage ganglionnaire pratiqué était majoritairement un curage étendu D2 dans 53,4% des cas avec 6,7% de gastrectomie étendue. Le type histologique le plus fréquent était l’adénocarcinome à cellules indépendantes dans 35% des cas. Le nombre de ganglions examiné en moyenne de 17,9, le nombre de ganglions positifs était en moyenne 5,9, quant au ratio ganglionnaire, il a varié entre 0 et 1 avec une moyenne de 0,28. La survie globale à 5 ans est de 9,36%. L’objectif de notre étude était de : – Définir les différents types de curages ganglionnaires effectués au cours des chirurgies curatives des adénocarcinomes gastriques. – Evaluer l’intérêt d’un curage ganglionnaire étendu. – Evaluer le curage ganglionnaire comme facteur pronostique des adénocarcinomes gastriques. – Comparer ces données avec la littérature.