RECHERCHES SCIENTIFIQUES

Les hypoparathyroïdies post-chirurgicales : à propos de 50 cas

Référence2176
Année2014
TypeCommunication affichée
Date2014-05-11
VilleLyon
PaysFrance
Lien externehttp://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003426614009214?np=y
AuteurAmrani hannoudi Z
Auteurs associésDamoune I, Lahlou K, Ajdi F
DisciplineEndocrinologie
Congrès31e Congrès de la Société Française d'Endocrinologie-5 au 8 Novembre
Lien document

Introduction:L’hypoparathyroïdie résulte d’une diminution de la sécrétion d’hormone parathyroïdienne, qui devient insuffisante pour maintenir une concentration de calcium extracellulaire normale. La chirurgie cervicale est la cause la plus fréquente des hypoparathyroïdies acquises. Le but de notre travail est la description des caractéristiques cliniques, biologiques et thérapeutiques des patients ayant une hypoparathyroïdie après une chirurgie thyroïdienne

Matériels et méthodes:étude rétrospective de 50 cas d’hypoparathyroïdie post-chirurgicale colligés dans le service d’endocrinologie, diabétologie du CHU Hassan II de Fès, il s’agit de patients hospitalisés et d’autres vus en consultation

Résultats:L’âge moyen des patients est de 47 ans, 87 % de sexe féminin, 24 % des patients ont été admis dans un tableau d’hypocalcémie sévère nécessitant un traitement par voie intraveineuse. L’hypoparathyroïdie a été définitive dans 70 % des cas. Le traitement au long cours a consisté en une administration du calcium avec une dose moyenne de 1,7 g/j et de vitamine D (alfacalcidol) avec une dose moyenne de 1,2 μg/j

Discussion:Les hypoparathyroïdies sont traitées par calcium et dérivés de la vitamine D. Le traitement est mis en route pendant plusieurs semaines. La posologie est ensuite réduite progressivement tant que la calcémie reste au-dessus de 2 mmol/L, si la calcémie baisse significativement parallèlement à la réduction de la posologie, l’hypoparathyroïdie persiste. L’absence de réponse 6 mois après l’intervention signe une hypoparathyroïde définitive et le patient doit être informé de la nécessité d’un traitement à vie. Chez les patients présentant un risque important de développer une hypoparathyroïdie postopératoire, il est possible d’autotransplanter du tissu parathyroïdien