RECHERCHES SCIENTIFIQUES

LE RITUXIMAB DANS LE TRAITEMENT DE LAPOLYARTHRITE RHUMATOÏDE (A propos de 55 cas)

Référence1289
Année2013
TypeThèse
Lien document
AuteurChellat H
DisciplineRhumatologie
EncadrantTahiri L

INTRODUCTION :
L’utilisation du rituximab au cours de la polyarthrite rhumatoïde a fait preuve de bonne efficacité et aussi de bonne tolérance dans les essais randomisés. C’est à ce titre que des études basées sur la pratique quotidienne sont nécessaires pour confirmer ces résultats, surtout dans le contexte marocain puisqu’il est utilisé en première intention comme biothérapie. L’objectif de notre travail était d’évaluer dans la «vraie vie» l’efficacité du rituximab dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, d’identifier les facteurs prédictifs de réponse au rituximab, et d’évaluer sa tolérance.
Matériels et méthodes : L’efficacité et la tolérance du rituximab a été évaluée par une étude rétrospective observationnelle, chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoide remplissant les critères de l’American College of Rheumatology (ACR) 1987 ou les critères ACR/EULAR 2010 (European league Against Rheaumatism) sur une période de 36 mois (juin 2010- juin 2013), les patients ayant un mauvais état de santé ont été exclus de l’étude. Le rituximab a été administré à une dose de 2×1g à 15 jours d’intervalle. La saisie des données a été faite à l’aide du logiciel SPSS 18. Une analyse par le test t de student Pour déterminer la signification de l’évolution du DAS28. Une analyse bi-variée ainsi qu’une régression logistique ont été utilisées pour identifier les facteurs associés à la réponse au 6 mois

Résultats : La réponse EULAR au rituximab dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde était de 77,4% à 3mois et 83% à 6mois. L’évolution du DAS28 à 3mois et à 6 mois étaient statiquement significatif (<0,001). La présence de la réponse était associée à la positivité du facteur rhumatoïde (p=0,001), et la positivité des anti-CCP (p=0,001), ainsi qu'une activité importante de la PR (p=0,013). Les autres facteurs (âge, le sexe, HAQ, durée d'évolution de la PR, MTX associé, corticothérapie associé) ne semblaient pas être associés à la présence d'une réponse EULAR sous rituximab. Après régression logistique, il persistait une association avec l'activité de la maladie (OR=7,672 ; IC95%= 1,39-42,11 ; p=0,019), et la positivité du facteur rhumatoïde (OR=7,91 ; IC=1,64-38,11 ; p=0,010). En ce qui concerne la tolérance on a trouvé une bonne tolérance de 82%, les effets indésirables les plus rencontré étaient des réactions lié à la perfusion (86% des effets indésirables observés). Conclusion : Notre étude illustre une efficacité du rituximab dans une population marocaine polyarthritique ainsi qu'une bonne tolérance. Une activité importante (DAS28 élevé) et la positivité du facteur rhumatoïde semblaient être associées à l'augmentation de la réponse au rituximab