RECHERCHES SCIENTIFIQUES

LA CHIRURGIE DE L’AORTE ASCENDANTE MISE AU POINT ET EXPERIENCE DU SERVICE DE CHIRURGIE CARDIOVASCULAIRE AU CHU HASSAN II DE FES (Apropos de 07 cas)

Référence1304
Année2013
TypeThèse
Lien document
AuteurLamrani laghrib S
DisciplineChirurgie Cardiovasculaire
EncadrantMessouak M

L’aorte ascendante est le Segment initial de l’aorte thoracique qui mesure 6 à 8 cm de longueur pour un diamètre de 25 à 30 mm. Les pathologies de l’aorte ascendante sont dominées par Les dissections aortiques et les anévrysmes de l’aorte ascendante : -la dissection aigue de l’aorte ascendante est une urgence médico-chirurgicale vu le grand risque de rupture et de mal perfusion d’organes associées. Elle survient sur une aorte généralement anévrysmale. Son diagnostic est largement facilité par les moyens d’imagerie actuelle, son traitement chirurgical est bien codifie. -les anévrysmes de l’aorte ascendante est une cause de décès cardiovasculaire non négligeable. Chez le sujet jeune, ces anévrysmes sont associes soit a une pathologie du tissu connectif en l’occurrence dans la maladie de Marfan ainsi que dans les maladies annulo-éctasiantes, soit a une bicuspidie de la valve aortique. Chez le sujet âgé, ces anévrysmes sont souvent d’origine athéromateuse, ou associes a une valvulopathie aortique acquise. Leur diagnostic fait appel à l’échocardiographie, l’angioscanner et/ou l’angioIRM thoracique. Leur prise en charge chirurgicale, programmée, partage les mêmes techniques que la chirurgie de la dissection aortique. Elles consistent en un remplacement de l’aorte ascendante avec ou sans conservation de la valve aortique et une réimplantation des artères coronaires. Cependant les résultats postopératoires restent très contradictoires. La chirurgie élective de l’aorte ascendante est associée à un taux de mortalité considérablement plus faible (5 %) qu’une intervention d’urgence.Malgré les améliorations de l’anesthésie et des techniques chirurgicales, la dissection aortique de type A reste une pathologie à très haut risque opératoire (35 – 45%). Notre travail est une étude rétrospective sur une série de 7 patients présentant une pathologie de l’aorte ascendante, colligée au service de chirurgie cardio-vasculaire au CHU Hassan II de FES, sur une période de 3 ans allant de 2009 à 2012, l’âge variait entre 18ans et 60 ans, le sexe ratio était égal à ¾ avec une prédominance féminine. Nous rapportant dans cette étude, les différentes techniques chirurgicales adoptées par le service ainsi que nos résultats toute en comparant avec la littérature